Nos bonnes résolutions écolos – 1ere partie

Une consommation responsable de l’eau et de l’énergie

Chez Prairymood, vous le savez, la protection de l’environnement, ça nous tient à cœur ! La raison d’être de Prairymood, c’est de vous proposer une gamme d’articles écoresponsables, respectueux de notre planète et de nos enfants. Pour protéger l’environnement, il est encore temps d’agir ! Nous pouvons tous passer à l’action à notre échelle, selon nos moyens et le temps dont nous disposons.

Alors aujourd’hui, nous avons eu envie de vous partager nos astuces pour une consommation plus raisonnable de l’eau, de l’électricité, du chauffage et des transports à carburant. Certaines habitudes sont plus difficiles à modifier que d’autres. Inspirez-vous, procédez par étapes, lancez-vous des défis à vous-même et à vos enfants. Tentez certains gestes, pas tous, pas tout d’un coup. Si chacun d’entre nous réalise au quotidien de petits gestes écologiques, cela produira à l’échelle mondiale un vrai changement !

Pourquoi et comment réduire ma consommation d’eau ? 

Pourquoi faut-il réduire notre consommation d’eau, alors qu’il pleut si souvent et que 70 % de la surface de notre planète est couverte de mers et d’océans ? Tout simplement parce que l’eau douce consommable, qui est extraite des nappes phréatiques, est une ressource rare et limitée. D’ailleurs, à ce jour, plus de 800 millions de personnes dans le monde n’ont pas accès à l’eau potable. De plus, l’infrastructure nécessaire à l’extraction puis au traitement des eaux demande beaucoup d’énergie. Alors si nous essayons tous de gaspiller un peu moins d’eau, cela aura un impact positif à grande échelle.

Pour consommer moins d’eau, nous pouvons :

→ Couper l’eau pendant qu’on se savonne (douche, dents, mains, vaisselle…) et se rincer rapidement.

→ Limiter nos bains. Plutôt qu’un usage régulier, essayons d’en faire un moment exceptionnel et privilégié, quelques fois par an. Avec bougies et musique douce pour les parents… et avec des jeux rigolos pour les enfants !

→ Laver la vaisselle sans bac, ou remplir ce bac avec de l’eau récupérée.

→ Vérifier qu’il n’y a pas de fuites d’eau sur nos robinets et nos WC.

→ S’équiper de robinets avec « aérateur » ou « mousseur », qui réduisent de 30 à 60 % la consommation d’eau. Un robinet classique consomme 12 litres par minute !

→ Récupérer l’eau de pluie pour arroser le jardin, ou pour laver la voiture ou les vélos.

→ Récupérer l’eau de cuisine pour arroser les plantes.

→ Choisir des plantes qui demandent peu d’eau.

→ Pour la baignade, privilégier la piscine municipale, la mer, le lac, ou la rivière, plutôt que la piscine individuelle.

Éviter de polluer l’eau est aussi très important, autant à la maison que dans les espaces naturels. Certes, l’industrie et l’agriculture conventionnelle polluent l’eau beaucoup plus que les foyers des particuliers. Mais en limitant les dégâts de notre côté, nous faisons progresser les choses dans le bon sens !  

Nous pouvons par exemple :

→ Utiliser des savons solides biodégradables (le savon d’Alep est le plus connu, mais il en existe d’autres) au lieu des gels douche, et de même pour les shampooings.

→ Choisir des produits ménagers et des lessives avec écolabel.

→ Remplacer les produits ménagers par le vinaigre blanc et le bicarbonate de soude.

→ Se protéger avec des crèmes solaires certifiées bio.

→ Nourrir le jardin avec des produits naturels et du compost, plutôt qu’avec des engrais chimiques.

→ Vérifier régulièrement que notre voiture n’a pas de fuites, car son huile ou son carburant tombés au sol ruisselleront jusque dans la nature grâce à la pluie.

Comment réduire ma consommation de chauffage et d’électricité

Nous le savons tous aujourd’hui, notre consommation de chauffage et d’électricité utilise des énergies fossiles et libère du CO2 qui participe au réchauffement climatique. Il est donc utile pour préserver l’environnement d’essayer de réduire notre usage. Voyez dans les suggestions suivantes si certains gestes vous paraissent réalisables au sein de votre foyer, et tentez-les tout d’abord sur une courte période (défi « un mois », par exemple).

Pour réduire notre consommation de chauffage, qu’il soit électrique, au gaz, ou à combustible, nous pouvons :

→ Régler le chauffage des pièces non utilisées sur 17 degrés, et des pièces de vie sur 20 degrés, et porter un ou deux bons pull-overs. Notez que « pièce de vie » inclut les chambres des enfants si c’est là que se trouvent leurs jeux ! La nuit, 17 degrés dans tout le foyer sont suffisants.

→ Fermer les volets et les rideaux lorsque la nuit tombe, afin de limiter la déperdition énergétique par les vitres.

→ Remplacer les fenêtres en simple vitrage par du double vitrage. Cette opération a un coût, mais elle s’accompagne d’un avantage fiscal, et votre facture d’énergie sera nettement réduite !

→ En cas d’absence de plusieurs jours : couper le chauffage, ou le positionner sur « hors gel » ou sur une température très basse.

Il convient de garder à l’esprit que le chauffage au bois ou à granulés n’est pas des plus écologiques. Il est durable, car on peut replanter le même nombre d’arbres qu’on a coupé pour alimenter notre cheminée. Mais la fumée rejetée à l’extérieur libère du CO2, des particules fines, et de nombreuses substances nocives pour l’atmosphère et la santé. C’est d’ailleurs en grande partie pour cette raison que de nombreuses régions affichent une qualité de l’air « dégradée » en hiver.

Pour réduire notre consommation d’électricité, nous pouvons :

→ Choisir des appareils à classe énergie « A+ ».

→ Privilégier les ampoules LED, qui consomment moins.

→ Éteindre la lumière des pièces lorsqu’on n’y est pas.

→ Éteindre ou débrancher les appareils électriques plutôt que les laisser en veille : – 10% consommé !

→ Ne pas oublier d’éteindre les box Internet et ordinateurs, la nuit et lors des absences.

→ Utiliser les fonctions « éco » et mettre en marche notre lave-vaisselle et notre lave-linge lorsqu’ils sont pleins.

→ Faire sécher notre linge à l’air libre, plutôt qu’au sèche-linge.

→ Laisser sécher nos cheveux à l’air libre, plutôt que d’utiliser un sèche-cheveux. (avouez que celle-ci, vous ne l’aviez pas vu venir!)

→ Utiliser l’eau chaude lorsque c’est indispensable, sinon choisir l’eau froide.

→ Poser un couvercle sur les casseroles lorsqu’on cuisine : cela chauffe en moins de temps.

→ Renforcer l’isolation thermique du logement, si on est propriétaire.

→ Investir dans des panneaux solaires, si on est propriétaire.

→ Rester raisonnable dans le nombre des appareils à la maison… et leur taille.

En effet, saviez-vous que…

→ un téléviseur de 160 cm consomme à lui tout seul autant que 3 télés de 80 cm ?

→ vous pouvez apprendre à pétrir votre brioche et votre pain à la main, plutôt que d’utiliser un robot pâtissier ? 

→ vous pouvez faire vos yaourts maison sans yaourtière ?

Comment réduire mes trajets en avion et en voiture

Nous savons aujourd’hui que l’avion et la voiture polluent l’atmosphère et participent au réchauffement climatique en dégageant du CO2.

Grâce à des outils conçus pour le grand public et facilement utilisables, nous pouvons nous rendre compte de l’impact de notre choix de transport sur l’environnement. Nous avons testé pour vous le comparateur CO2 de la SNCF.

Ainsi, sur un trajet Paris – Nice, ce comparateur nous apprend que l’avion rejette 27 fois plus de CO2 par voyageur que le train, et la voiture individuelle 60 fois plus que le train. Pourquoi la voiture pollue-t-elle plus que l’avion ? Car on s’entend ici par passager, avec une voiture transportant une seule personne. Mieux vaut faire voler un avion avec 150 personnes à bord, que de lancer sur les routes 150 voitures individuelles avec une seule personne à bord. Si tous les sièges de votre voiture sont occupés, que ce soit par des covoitureurs ou par vos enfants, vos amis, vos voisins, vous vous situez dans la catégorie covoiturage.

Alors que faire ? On revend notre voiture et on ne peut plus aller nulle part afin de  sauver la planète  ? Il n’est pas nécessaire d’aller aussi loin. Si nous possédons déjà une voiture, nous pouvons réduire les trajets que nous effectuons. Il est vrai que certains déplacements à l’heure actuelle sont encore difficiles sans voiture et que les territoires sont très inégaux sur ce point. Lorsqu’on vit dans une grande ville, il est possible effectuer tous nos déplacements en transports en commun. Mais si on réside au fond d’une campagne qui n’a même pas un bus, et que de surcroît nous avons plusieurs enfants à transporter, se passer de la voiture est plus difficile. Il n’est cependant jamais impossible de réduire son usage. On peut également prendre quelques leçons d’éco-conduite pour économiser le carburant.

Pour réduire notre usage de la voiture, nous pouvons par exemple :

→ Combiner les déplacements : faire le plein au supermarché en même temps que de conduire un enfant à son club de sport.

→ Effectuer les courses et le shopping le même jour, et acheter pour plusieurs jours, afin d’y aller moins souvent.

→ Faire nos courses sur Internet et se faire livrer, car les camions font une tournée, ils ne se déplacent pas que pour nous.

→ Se réunir entre voisins pour les courses, le transport des enfants à l’école ou les loisirs…

→ Favoriser les petits commerces de proximité et les marchés, en y allant à pied.

→ Parcourir les petites distances à pieds, à vélo, en trottinette…

→ Effectuer les longues distances en train.

→ Utiliser les transports en commun (bus, tramway) lorsqu’ils existent.

Nous pouvons aussi réduire notre usage de l’avion, sans devoir complètement s’en priver :

→ Chaque fois que c’est physiquement possible, privilégions le train plutôt que l’avion : par exemple pour les destinations sur un même pays ou continent.

→ Choisissons des destinations touristiques sur notre propre continent pour nos vacances. Réservons les destinations hors continent, qui nous obligent à prendre l’avion, pour un voyage vraiment spécial.

→ Lorsque nous prenons l’avion pour nous rendre sur un autre continent, essayons de rentabiliser ce déplacement en passant plus de temps sur place : partons moins souvent, mais pour plus longtemps.

En tant que parents, nous avons un grand rôle à jouer pour éveiller et éduquer nos enfants à ces problématiques, dès leur plus jeune âge, et jusqu’à l’adolescence. Prenons le temps de leur expliquer nos gestes, nos motivations, et nos limites, avec des mots adaptés à leur âge. Offrons-leur des livres ou des jeux éducatifs où ils pourront découvrir par eux-mêmes l’importance de la protection de l’environnement.

Dites-nous en commentaires si vous pratiquez déjà certains des gestes décrits ici, et si nous vous avons inspiré pour en tenter de nouveaux ! 

Dans le prochain post, vous découvrirez tous nos conseils pour réduire vos déchets!

Partager :

2 réflexions “Nos bonnes résolutions écolos – 1ere partie”

  1. Alice

    C’est en regardant cette liste (très bien présentée d’ailleurs) qu’on se rend compte que les petits gestes anodins qu’on met en pratique ont un impact ! Vive les douches ?

    Répondre

Donner une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont indiqués *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.